Génération Palestine a une vie associative dynamique grâce à son réseau de jeunes présent en France, Belgique et Suisse. C’est 9 pôles formant plus 150 membres actifs, un réseau large de partenaires en Europe et en Palestine.

 

Les grands moments de l’association

Trois fois par an l’ensemble des membres de Génération Palestine se retrouve pour des rencontres européennes ou l’Assemblée Générale. C’est moment nous permettent d’échanger nos points de vue sur les grands dossiers du moments, d’ajuster nos stratégies ou d’élire des nouveaux représentants.

 

Des formations inter-pôles

Plusieurs fois par an, des pôles en général géographiquement proches se retrouvent pour un week-end ou une journée de formations.

 

Le Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration est composé de sept membres élus directement par l’Assemblée Générale européenne et des représentants élus localement. En son sein, sont désignés le bureau et les coordinateurs européens par projet. Il est responsable de l’éthique et de la politique de l’association. Il est le garant du bon respect des lignes directrices originelles de l’association.

Co-président-e-s

Ils doivent unifier le discours européen, conserver des relations étroites avec les présidents locaux et sont représentants politique de l’association. Ils impulsent et assurent le suivi de la stratégie de GP Europe. Leur nombre assure la collégialité des prises de décisions et la légitimité des positionnements importants pour l’association.

Secrétaire-Général-e

Il anime le réseau GP (liens entre les différents organes de l’association à l’échelle européenne), il est en charge de l’administration , il anime le CA (ordres du jour, préparation et convocations au CA).

Trésorier-e

Il est en charge de la gestion des comptes de l’association, il tient une comptabilité et responsable de la caisse et du compte en banque, il garantit l’établissement du budget prévisionnel,  assure l’édition du rapport financier avant l’AG.

 

Nos Motions

Présentation du contexte dans lequel s’inscrit une campagne de Boycott GP:

Par la poursuite de l’occupation de la Cisjordanie, par les entraves permanentes à la liberté de circulation des Palestiniens vivant dans les territoires occupés, par la détention sans jugement de prisonniers politiques, par la construction du mur de séparation, par le blocus infligé à la population de Gaza, par les crimes commis envers des civils, par l’utilisation d’armes non conventionnelles sur des civils, etc. ; l’Etat d’Israël bafoue les droits fondamentaux des Palestiniens, reconnus par le Droit International. Israël viole de façon persistante les résolutions de l’ONU, la quatrième Convention de Genève ainsi que les recommandations de la Cour Internationale de Justice. Et cela en toute impunité.

Etant donné qu’aucune instance internationale n’est capable de faire appliquer le droit par cet Etat, la société civile internationale se doit de réagir en vue de contraindre Israël à se soumettre au Droit International.

Le 9 juillet 2005, la société civile palestinienne (représentant tous les partis politiques, les syndicats, les associations, les coalitions et les organisations palestiniennes des trois parties intégrantes du peuple de la Palestine, soit les réfugiés palestiniens, les Palestiniens sous occupation et les Palestiniens citoyens d’Israël) a lancé un appel au boycott, aux désinvestissements et aux sanctions contre Israël (Appel BDS)

tant que celui-ci ne se soumet pas à « l’obligation de reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et [ne] respecte entièrement les préceptes du Droit International ». Cet appel demande à la société civile internationale dans laquelle nous nous reconnaissons, à « imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid. ».

Génération Palestine, en tant que mouvement de jeunes actifs pour une Palestine souveraine, considère cette campagne non-violente légitime et nécessaire et propose de répondre à l’appel BDS en le relayant en France et en Europe.

Il s’agit clairement d’appliquer la demande de la société civile palestinienne en appelant et en agissant afin d’obtenir de larges boycotts (économiques, culturels et académiques), des désinvestissements et des sanctions contre l’Etat d’Israël jusqu’à ce qu’Israël se conforme au Droit International.

Pour promouvoir cette campagne, la stratégie de Génération Palestine consiste en deux volets interdépendants : Agir et propager.
A) L’action se décline sur les trois exigences des Palestiniens :

Le boycott cible tous ce qui représente les intérêts de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat qui bafoue les droits des Palestiniens. Ainsi, il se décline en un boycott économique, un boycott académique et un boycott culturel.
Concernant le boycott économique, nous proposons de cibler les principales marques israéliennes, celles qui sont constamment proposées aux consommateurs, telles que Jaffa, Carmel Agrexco, Top, Teva… et de les faire connaître aux commerçants et à leurs clients.

Le but est d’avoir un impact économique sur ces compagnies.

Nous soutenons les initiatives de boycott académique et culturel et pouvons intervenir afin de dénoncer l’apologie d’un Etat qui bafoue le Droit International et commet des crimes de guerre.

Les désinvestissements consistent à dénoncer les entreprises européennes qui soutiennent, par leurs agissements, cette politique condamnée par le Droit International.
Nous proposons de procéder en menant des campagnes contre ces entreprises, qui font passer leurs intérêts financiers au dessus du Droit International, en dénonçant leurs pratiques de façon argumentée et claire auprès du grand public. Par le boycott de ces entreprises, nous souhaitons que ces entreprises perdent des profits afin d’obtenir leur désinvestissement auprès d’Israël.

Les sanctions réclamées sont celles prévues par le Droit International. Ainsi, étant donné que l’Etat d’Israël ne respecte pas le Droit International, il ne peut bénéficier d’accords avec l’Union Européenne. C’est pourquoi nous demandons la suspension des accords d’association entre l’Union européenne et Israël. De plus, nous demandons que les criminels de guerre israéliens soient jugés par une cour compétente.
B) Une campagne de boycott n’est efficace que si elle est massive. C’est pourquoi la propagation de l’information constitue le deuxième volet de la stratégie GP.

Populariser cette campagne :
Nous devons informer toutes les personnes de l’origine, de la nécessité ainsi que des différents volets de cette campagne. La diffusion de l’information constitue une priorité.

Les consommateurs doivent être en mesure d’identifier les marques et les produits à boycotter. De plus, ils doivent pouvoir bénéficier d’arguments leur permettant d’expliquer leurs choix. Enfin, ils doivent pouvoir disposer des outils de cette campagne.

Dans cette optique, les moyens de divulgation de l’information doivent être largement connus et partagés.

Elargir le mouvement aux autres organisations :
Pour cela, nous partageons les outils, les informations avec les militants des autres organisations.

Aussi, nous devons soutenir, encourager et participer aux actions unitaires tant qu’elles ne trahissent pas l’esprit de la campagne BDS palestinienne.

Génération Palestine est une association de jeunes Européens conscients des défis auxquels notre monde et nos sociétés sont confrontés, au premier rang desquels les injustices, les inégalités et les logiques de ségrégation qui menacent le vivre ensemble pourtant indispensable dans des sociétés de plus en plus métissés et un monde globalisé.

Notre association est composée de jeunes de tous les horizons. La diversité politique, sociale, religieuse, culturelle de nos membres est une richesse et un défi permanent que notre génération entend relever. Génération Palestine s’affirme ainsi comme un espace de dépassement de nos appartenances particulières tout en se revendiquant d’une spécificité qu’elle porte fièrement : celle d’être une association laïque au sens noble et premier du terme, c’est-à-dire qu’elle tient compte et respecte toutes les cultures et toutes les croyances.

Réunis par la même volonté de défendre les droits inaliénables du peuple palestinien, nous sommes venus à cette cause par des voies différentes mais au sein de cette association commune nous partageons le même engagement pour le droit et la justice. Cet engagement, dont la Palestine, cause universelle s’il en est, est le cœur, a aussi un impact sur notre conception de nos sociétés. Nous n’acceptons pas une définition négative du vivre ensemble consistant simplement à vivre les uns aux côtés des autres, à taire nos différences ou au contraire à les consacrer en dogmes, à accepter l’application pure et simple de la loi de la majorité, ou la soumission à l’activisme d’une minorité. Pour nous, le vivre ensemble exige un effort de chacun pour comprendre autrui, respecter ses convictions et le dialogue permanent au sein de cette association doit nous permettre d’avancer dans la même direction sur la base de principes que nous avons dégagés en commun.

Afin de conjuguer ces principes en actes, nous adoptons des lignes directrices qui doivent guider notre action et nos prises de position:

– Notre public: ni exclusion, ni exclusivité

Notre public est l’ensemble de la population. En tant qu’association de jeunes d’Europe venus de tous les horizons, nous considérons que nous devons nous adresser à toutes les personnes susceptibles de rejoindre cette lutte pour la liberté, le droit et la justice, prioritairement les jeunes. Cette ouverture est la garante de notre diversité.

La Palestine est ainsi un combat commun et un vecteur de construction d’une nouvelle citoyenneté, inclusive, engagée, à la fois universelle et profondément ancrée dans la réalité locale. Génération Palestine œuvre ainsi à restaurer le droit à l’expression politique de jeunes de tous les horizons sociaux, religieux, nationaux; en relevant le double défi de la diversité sous toutes ses formes et de la lutte contre le racisme.

Notre association s’est dotée à sa création d’une Charte qui énonce les valeurs qui fondent notre combat. Nous réaffirmons ainsi avec force qu’au-delà de la dimension religieuse présente dans le conflit et de la tentation des solidarités communautaires, notre combat est avant tout politique : celui du soutien à la lutte d’un peuple pour ses droits légitimes, et donc d’une solidarité qui est l’affaire de tous.

Construire sur ce qui nous lie et respecter ce qui nous différencie

Notre charte fonde notre action, garantit notre diversité, et énonce les bases de notre engagement. Ainsi, tout en soulignant l’importance de respecter les sensibilités différentes qui existent au sein de l’association, il est cependant nécessaire pour chacun de distinguer ce qui relève de ses convictions personnelles de ce qui relève de l’action de l’association. Si ces convictions entrent en contradiction avec notre charte et l’objet de notre association, elles ne peuvent justifier les actions des personnes en tant que militants de l’association. Elles peuvent être cependant utiles afin de mieux se connaître et se comprendre et donc à mieux travailler ensemble et il est important que nos militants découvrent les chemins différents qui ont pu les mener au sein d’une association où ils œuvrent ensemble pour la même cause. Il est aussi utile dans nos débats de ne pas se contenter de l’affirmation simple de nos convictions mais de les étayer par des arguments objectifs pouvant permettre un débat de fond entre nos militants.

Nous devons œuvrer en permanence à la construction de consensus et de compromis, au sein de l’association. A cette fin les échanges entre militants, la confrontation des points de vue, le respect mutuel sont autant de conditions à un débat sain devant déboucher sur une définition commune des problèmes et la découverte de solutions partagées. Le vote donne une image instantanée d’un rapport de force. Nous pensons qu’en débattant nous évitons de figer des positions conflictuelles. Ce n’est qu’après ces débats et dans le cas où ni les principes définis dans notre charte et nos motions ne suffisent à apporter une réponse, ni consensus, ni compromis ne peuvent être atteints, que nous aurons recours au vote.

Trancher au cas par cas

Pour toutes les questions et les problèmes auxquels nous sommes confrontés nous apporterons des réponses au cas par cas, ce qui nous permettra d’apporter des réponses flexibles susceptibles d’évoluer, prenant en compte les contextes différents d’une situation à l’autre, mais aussi d’un pôle à l’autre.

La diversité de Génération Palestine et celle du mouvement de solidarité en général doit être conciliée avec la nécessité d’une cohérence de notre lutte pour les droits légitimes du peuple palestinien. En effet, la lutte pour la Palestine ne peut aboutir si elle n’est que la somme de combats multiples, souvent contradictoires, mais bien la convergence de voies diverses vers le même engagement pour le droit et la justice.

Considérant que la politique américaine de l’administration Bush a mené à une polarisation accrue dans la région et conséquemment favorisé les tensions internes; que l’administration Obama doit se démarquer de cette politique;
que le refus de la Communauté internationale, notamment l’UE, de reconnaître le résultat des élections législatives démocratiques qu’elle avait appelées de ses vœux en 2006, puis le refus de reconnaître le gouvernement d’unité nationale en 2007 et le blocus contre le gouvernement palestinien qui les a accompagnés constitue une erreur politique grave qui a favorisé la division palestinienne;

  • que l’unité du territoire, du peuple et des instances représentant les Palestiniens sont autant de conditions au succès de la lutte nationale palestinienne;
  • que le territoire national palestinien doit constituer une unité politique, géographique et économique;
  • que le pluralisme politique palestinien est une des forces du mouvement national ; que ce pluralisme rend d’autant plus important pour la cause palestinienne de jouir d’une représentation politique unitaire capable de porter la voix des Palestiniens, et leurs choix indépendants;
  • que la reconnaissance de l’OLP comme représentante unique et légitime du peuple palestinien est un des plus grands acquis de la lutte nationale palestinienne;
  • qu’une fraction du peuple palestinien ne peut prétendre représenter l’ensemble du mouvement national palestinien tout comme le corps qui représente l’ensemble pour être réellement représentatif ne peut négliger une fraction importante du peuple palestinien;
  • que seul le peuple palestinien peut conférer une légitimité à ses représentants. Cette légitimité ne peut être acquise pour l’éternité. Il convient donc de redonner au peuple palestinien la possibilité de s’exprimer à des intervalles réguliers, via des élections;
  • qu’il est capital que les réfugiés palestiniens qui représentent plus de la moitié du peuple palestinien, puissent aussi s’exprimer. En effet, les réfugiés de l’extérieur ne participent pas aux élections de l’Autorité Palestinienne chargée de gérer les affaires des palestiniens en Cisjordanie et à Gaza. L’OLP, dans laquelle ils sont en revanche représentés, n’a pas tenu d’élections depuis plusieurs décennies;

Nous soutenons

  • Un dialogue entre toutes les factions palestiniennes menant à la réconciliation nationale.
  • L’intégration de toutes forces représentatives au sein des instances de l’OLP afin d’assurer une représentation unitaire du peuple palestinien.
  • Des élections à tous les niveaux permettant à l’ensemble des Palestiniens de s’exprimer, y compris des élections pour les différentes instances de l’OLP permettant ainsi la participation des réfugiés.
  • L’adoption d‘une stratégie commune pour affronter l’occupation israélienne.

Nous nous engageons, en tant qu’association faisant partie du mouvement de solidarité

  • A maintenir nos contacts avec l’ensemble des composantes du peuple palestinien.
  • A appeler et à soutenir le retour à l’unité palestinienne et à nous opposer à tout acte qui consacre ou approfondit la division.
  • A nous opposer à toutes les tentatives de récupération de la voix des Palestiniens qui doivent demeurer maîtres de leur propre destin en vertu du droit à l’autodétermination.
  • A œuvrer pour la libération des prisonniers politiques palestiniens, qui peuvent jouer un rôle décisif dans la réconciliation palestinienne (comme le démontre le document des prisonniers), notamment les députés palestiniens emprisonnés par Israël.
  • A œuvrer pour que l’UE joue un rôle favorable dans le processus de réconciliation palestinienne, en reconnaissant entre autres le résultat de futures élections palestiniennes ainsi que tout gouvernement d’union que pourrait constituer les Palestiniens.
  • A demeurer, en dépit de nos sensibilités différentes, les défenseurs des droits nationaux du peuple palestinien dans son ensemble et non les défenseurs d’une de ses composantes politiques.

Concernant le mouvement de solidarité
Génération Palestine se fixe pour objectif de renforcer le mouvement de solidarité en Europe en contribuant à la construction de son unité et de son élargissement social, politique et organisationnel. La base minimale de l’unité est pour Génération Palestine l’application du Droit International. Elle défend le principe d’alliance à géométrie variable au sein d’un mouvement large, tout en étant vigilante à ce que les actions n’engageant qu’une partie du mouvement ne soient pas un obstacle à l’unité.

Génération Palestine travaille en 2009 à la mise en place de campagnes visant à briser l’impunité d’Israël en popularisant l’exigence de sanctions vis-à-vis de cet Etat criminel. Dans ce cadre large, Génération Palestine travaille avec d’autres au succès d’une campagne massive relayant l’appel palestinien BDS.

Le congrès donne au CA mandat pour capitaliser les analyses et les expériences d’actions unitaires, des difficultés rencontrées et des spécificités locales ou nationales.

La place spécifique de Génération Palestine
Génération Palestine se donne comme objectif prioritaire d’être un cadre d’engagement politique pour l’application de la justice par le droit en Palestine. Elle doit travailler, au cours de cette année, à permettre aux jeunes, de toutes origines (sociale ou culturelle) de trouver les moyens de politiser la colère et l’indignation manifestée en janvier 2009.

Génération Palestine se donne les moyens de la formation de ses militants afin de faire émerger une nouvelle génération militante au sein du mouvement de solidarité.

Ayant fait le constat que la lutte des Palestiniens pour leur auto-détermination, tout en véhiculant des valeurs universelles, s’inscrit dans des enjeux plus vastes, régionaux et internationaux ;

Conscients que de multiples luttes reposant sur les valeurs que porte également Génération Palestine, se déroulent autour de nous ;
Voulant conserver la Palestine comme vecteur central de notre engagement, de nos actions et de nos réflexions, et la concrétisation d’une solidarité politique avec le peuple palestinien comme objectifs ;

  1. Conscients que notre engagement ne peut ne se réduire à un corpus de droit international, ni à une liste de prises de position binaire « pro- » ou « anti- » ;
  2. Conscients que les militants de Génération Palestine sont souvent engagés en parallèle dans de multiples combats politiques, syndicaux, associatifs, sociaux… ;
  3. Conscients que Génération Palestine ne peut être le cadre unique où se réalisent toutes les aspirations d’engagement militant de ses membres ;
  4. Conscients que Génération Palestine est aussi un réseau où se croisent des personnes, des pratiques et des idées ;
  5. La rédaction de cette motion est apparue nécessaire afin de donner un cadre et des perspectives concrètes quant à notre soutien officiel aux divers mouvements qui nous interpellent et qui ne mentionnent pas explicitement un lien avec la cause palestinienne que nous défendons.

Dans le cadre et les limites de notre charte, et avec l’aide de notre expérience de confrontation à l’injustice que subit le peuple palestinien, sous apartheid, sous occupation ou en exil, nous sommes en mesure de produire des analyses nous permettant de nous positionner vis-à-vis des luttes périphériques à notre objet social.

Il nous apparait dès lors

  1. qu’un positionnement de soutien à une de ces luttes ne peut donc être pris qu’à l’issue d’un débat politique interne ;
  2. que celui-ci doit aboutir à un argumentaire rendu public et mettant en évidence le lien que nous y avons trouvé avec notre engagement ;
  3. que le Conseil d’Administration de Génération Palestine Europe, en tant qu’instance représentative de l’ensemble des membres, peut être consultée par un pôle local en cas d’incertitude, étant entendu que si l’autonomie des pôles est une règle fondamentale au sein de l’association, chacun d’entre eux assume à l’échelon local un rôle de représentation de l’ensemble de la structure européenne ;
  4. que le Conseil d’Administration doit être informé des prises de position opérées par les pôles locaux afin qu’il puisse l’endosser politiquement à l’extérieur.

Motion votée en Assemblée Générale les 12-13 février 2011, en hommage à l’espoir soulevé par le peuple tunisien.